Le sang du foulard

Le sang du foulard

Georges Ferney photographe de l'aventure et de la jeunesse

Chasseur d'images

et d'aventures

 

Georges Ferney, né au début du XXème siècle (en 1909) sous le nom d'Emmanuel Bonfilhon de Règneris, (son vrai nom), quittera la scène du monde... et de l'aventure - des aventures, devrais-je dire -, 18 ans avant le troisième millénaire (en 1982)... Entre ces deux dates, des décennies de vie active, de passions, de dangers et de jeunesse auront animé un destin hors norme!

 


1.JPG

 

Et aussi auront laissé des images, beaucoup d'images, fixes et animées, car Georges Ferney, écrivain talentueux et prolifique, était aussi photographe et cinéaste. Homme d'aventures donc, et d'engagements, homme de rencontres et de découvertes, Georges embrassa le scoutisme en 1922 à l'âge de 13 ans (il sera totémisé sous le nom de «Renard rouge»). Cet homme d'actionS (avec un 's') aura su communiquer à toute une jeunesse assoiffée d'aventures ses expériences, ses compétences, ses rêves en partie réalisés.

 

 

5.JPG

 

 

6.JPGGeorges est "repéré" à l’automne 1926 par son "frère scout" Paul Coze, l'un des fondateurs des Scouts de France, ethnologue et écrivain reconnu pour ses connaissances dans l'indianisme, (le même qui découvrira quelques temps plus tard un certain Pierre Joubert) à l’occasion d’un camp provençal. C’est au printemps de l’année 1927 que le jeune reporter Georges va publier sa première photographie, qui vient illustrer, aux côtés d'images d'autres auteurs, la double page intérieure du magazine "Le Scout de France" (n° 63 du 1er mars 1927) représentant un office religieux en plein air. Modestement, Georges signera cette parution du seul nom de sa troupe de l’époque la «1ère La Seyne-sur-Mer». Au printemps de 1930, à l'âge de 21 ans, il publie une série de photographies qui paraissent dans la revue "de jeunesse": "Le Scout de France" où il initie les lecteurs à la prise de vues... Ses clichés vont illustrer ces propres articles 'techniques'. Il s'affiche désormais comme photographe.

 

 

Dès lors, son appareil capteur d'images ne le quittera plus! Il n'y a pas une seule de ses 'aventures', un seul des grands 'événements' scouts auquel Georges aura participés, dont il n'aura capturer des 'instants' (tanés)... Mais s'il 'fait' dans la photo 'reportage', il 'fait' aussi dans la photo 'mise en scène' - les cadrages artistiques, les portraits soignés -, se révélant aussi un authentique créateur d'images.

 

 

"Celui qui ne sait pas ouvrir les yeux

à perdu la moitié du plaisir de vivre"

Baden-Powell

 

 

lettre.jpg

Un témoin oculaire sollicité!

 

Pierre JOUBERT se souvient d'une photo faite par un jeune photographe au camp école de Chamarande où il réalisa son "premier" dessin pour la revue "Scout"... (Lettre adressée par le grand illustrateur à Christian Floquet, un an et demi après la disparition de son père adoptif). Durant tout le mois de septembre 1927, Ferney suit les cours à Chamarande où il fut reçu comme "scoutmestre de troupe". Ferney à cette occasion faisait donc la connaissance du futur... Pierre Joubert.

 

 

 

7.jpg

 

 

Les pages 'portfolio' de ce site ne seront forcément qu'un modeste reflet d'une prolifique production de 'visuels'; un autre article, avec la complicité inestimable de son légataire universel Christian Floquet, abordera spécifiquement les activités de cinéaste de Georges Ferney, un registre où il n'était pas un amateur non plus (il croisera notamment René Clair puis Julien Duvivier, le commandant Cousteau..., excusez du peu!).

 

 

Un conseil issu de l’un de ses articles techniques publiés en 1930 dans «Le Scout de France»:

«Compose la photo comme un tableau, car c’en est un».

 

La découpe est faite dans le dessin offert à Ferney par son frère scout et ami Jean Droit, pour coiffer sa série d'articles d'initiation à la photographie dans Le Scout de France N°36 (en 1930).

 

 

Homme de cœur, généreux, sociable, Monsieur Bonfilhon de Règneris avait pris sous sa coupe un garçon qui recherchait un père.

 

 

"Le vrai père, c’est celui qui aime." (Marcel Pagnol)

Cette réplique, extraite de Marius, m'est citée par Christian Floquet

qui m'a spontanément parlé de son père adoptif.

Georges Ferney, qui a connu Pagnol, pouvait la faire sienne.

 

 

Christian Floquet, justement, fils adoptif de Georges Ferney, a donc la gentillesse de me communiquer régulièrement pour ce blog des documents 'de première main', tant manuscrits, imprimés ou photographiques... Toutes ces images contribuent à témoigner d'une époque, des vocations multiples de ce scout atypique, de ses engagements, de ses passions pour l'aventure, la vie active et la jeunesse - d'une énergie de vie heureuse qui avait pour pendant intellectuel son amour pour l'écriture.

 

 

2.JPGSes œuvres littéraires

restent des messages

de l'esprit destinés

à une éternelle jeunesse

 

et son œuvre de

chasseur d'images

est le miroir d'un œil

grand ouvert sur le monde du courage...

 

 

 

 

 

 

 

3.JPGEn parcourant ces archives, nous ouvrons en quelque sorte une inestimable 'malle aux trésors', bourrée d'objets de valeurs! Comme toute vieille malle oubliée dans les combles d'un grenier, celle-ci va s'ouvrir sur un monde de rêves et d'aventures, où la jeunesse et l'enfance seront les héros! On accède à chacun des albums en cliquant sur sa couverture.

 

 

 

 

 

 

 

 

Un grand nombre de ces documents sont des INÉDITS! (Merci Christian).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12.jpg

 

INEDIT!

 

Serge DALENS, alias François Thervay et Mik Fondal (de son vrai nom Yves de Verdihac) avec son fils Philippe et le petit Christian Foncine (un garçon de Jean-louis Foncine, auteur du célèbre roman scout Le foulard de sang). Serge Dalens est aussi le "père" du jeune... Prince Eric - six volumes d'une série emblématique dont les titres furent vendus à des millions d'exemplaires - et qui continuent à captiver toute une jeunesse de lecteurs! Dalens fut co-directeur de la collection de romans scouts Signe de piste.

 

Directeur littéraire et cheville ouvrière de la collection aux Editions Alsatia, Georges Ferney a ainsi connu les plus grands écrivains et illustrateurs de la maison... - Photo intégrale en cliquant sur l'image.

 

Choucas

 

9.JPG


 

 

10.JPG

En préparation

 

 

11.JPG


 

 

 

 

8.jpg

 

 

 

21.jpgCaptée dans le mouvement, cette vue issue du film de Georges Ferney

«les Cent Camarades».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Note, montage des visuels et mise en page de Choucas. Documents aimablement communiqués par Christian Floquet.

 

 

Liens complémentaires sur ce site:

L’œil et la plume d'un scout atypique

Le Foulard de sang de Jean-Louis Foncine

Pierre Joubert: son oeuvre, l'homme...

 

...et à l'extérieur

Ferney.jpg



02/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres