Le sang du foulard

Le sang du foulard

Inédit! Les Disparus de Baume Étrange...

Roman inédit de Gérard Foissotte

illustration de Poupi 

publication aimablement autorisée par l'auteur

 

 

Ce texte est l'adaptation d'un manuscrit existant ; la première version a été déposée à la S.G.D.L. (Société des Gens de Lettres) en 1991. Il a  été réécrit en faisant des protagonistes principaux les membres d'une patrouille de scouts... L'auteur et la Rédaction de ce site remercient les scouts et anciens scouts qui l'ont documenté pour "créer" la patrouille libre des Choucas. Il faut cependant ne pas oublier qu'il s'agit là d'une fiction qui doit nécessairement laisser place à l'imaginaire et à une certaine fantaisie! 

 

 Choucas

 

 

Récit découpé en 35 épisodes de très courts à longs

pour une lecture aisée...

 

 

 

Les Disparus

de Baume Étrange

 

Il était une fois... une autre époque

 

1961, dans le Sud-Est de la France. Le Général de Gaulle est Président de la République. La guerre d'Algérie, qui oppose arabes révolutionnaires indépendantistes d'Algérie au gouvernement français, se terminera un an plus tard. La France est encore un pays où la petite paysannerie tient sa place. Le chef de l’État, très pieux, se rend tous les dimanches à la grand-messe, sous l'oeil des caméras de la Télévision Française. Le Concile Vatican II n'a pas encore eu lieu et les offices religieux se déroulent "à l'ancienne", avec enfants de chœur uniquement garçons et les prêtres sont en soutane noire. 80% des Français sont baptisés catholiques et les églises font "le plein" le dimanche matin. Les télécommunications sont peu développées. Les téléphones portables n'existent pas ni les ordinateurs individuels. Certains villages ne disposent que d'une "cabine" installée chez l'habitant. En fait, il s'agit plus souvent d'un combiné téléphonique accroché au mur de la cuisine d'une famille villageoise, tenue d'assurer une permanence ouverte au public! Beaucoup de régions ne disposent pas de "l'automatique" et il faut passer par "l'opératrice" d'un central téléphonique des "PTT" (Les Postes, Télégraphes et Téléphones) pour être connecté avec son correspondant... Il n'y a qu'une seule chaîne de télévision en noir et blanc - sans publicité. La radio "sans fil" s'écoute sur des postes "à transistors" munis d'une petite antenne télescopique. Il faut disposer d'un "tourne-disques" pour écouter de la musique. La spéléologie est une activité "confidentielle" pratiquée généralement au sein de clubs spécialisés, où la passion de l'exploration l'emporte sur la performance sportive. Peu de filles ou femmes s'y adonnent. Quelques patrouilles scoutes en font leur spécialité... Les écoles ne sont pas mixtes. L'hymne national La Marseillaise fait partie de l'épreuve obligatoire "de chant" au Certificat d'Etudes Primaires (CAP) que l'on passe à l'âge de 14 ans. La majorité des garçons portent des shorts très courts en été et des culottes courtes même en hiver. Les filles et les femmes sont en jupe ou robe. Les briquets jetables n'existent pas ni le Nutella...

 

 

I

 Le repaire des Choucas

 

 

 

Rémi cadenassa son vieux vélo contre un mur de la petite place déserte, où l’ombre de quatre platanes empêchait le soleil de fondre sur les pavés. Puis, haletant car il avait pédalé depuis chez lui à corps perdu, le torse en sueur, le garçon descendit la « côte » Saint Martin, une voie étroite en forte pente, seulement piétonnière, elle aussi faite de pavés à la Gavroche, et dont il savait qu’elle comptait parmi ses quelques portes, celle du repaire de la patrouille… Ce jeudi après-midi de juin 196., les scouts profitaient de la coupure hebdomadaire des écoliers pour se réunir dans leur local. En tout cas, c’est ce que Rémi avait lu dans le journal, à l’intérieur d’un petit entrefilet qui voulait bien faire mention de l’existence à Saint-Ange-sur-Rhône d’un groupe de jeunes « Scouts de France ». Rémi était tombé par hasard sur ces quelques lignes de journal, tandis qu’il épluchait des pommes de terre sur la table de la cuisine en se servant du Dauphiné Libéré comme de réceptacle à épluchures. Il n’avait jamais pensé auparavant à pratiquer le scoutisme, ni d’ailleurs aucune activité de plein air, trop timoré, trop ancré dans ses pantoufles, constamment plongé dans des BD ou penché sur une table, le crayon à la main, pour dessiner ses propres histoires… Curieusement, cet entrefilet lui parut comme providentiel : il lui sauta aux yeux alors qu’il ne le cherchait pas. Il se sentit comme appelé par une voix amie qui l’incitait à vivre autrement ses loisirs. Etait-il inconsciemment à la recherche d’aventures véritables, aspirait-il au grand air et souhait-il de longues veillées avec des copains à la belle étoile ? Toujours est-il que la note du journal lui était assurément destinée ! Une conviction l’habita aussitôt : il devait se rendre le jeudi suivant au siège du groupe pour le connaître et s’y faire accepter !

 

A presque mi-hauteur de la côte, sur sa gauche, Rémi découvrit une porte vitrée flanquée d’un numéro « 12 », en lettres bleues joliment tracées sur le bois défraîchi. Des vitres carrées, opaques de saleté,  emplissaient le battant tandis que l’un des carreaux était absent, laissant un passage libre de toute entrave pour pénétrer un œil. Le carré vide donnait sur un antre sombre, presque noir, qui sentait la poussière et l’humidité. Il crut distinguer de vieilles planches abandonnées sur le sol. Tout en face, dans l’axe de la porte, une autre pièce était éclairée d’un peu de jour et de beaucoup de lumière électrique qui témoignait d’une présence. Une plaque de bois au verni passé portait en pyrogravure l’inscription « Scouts de France ». Rémi était ravi de cet aspect aussi modeste qu’inattendu car cet accueil défraîchi et un tantinet délaissé lui paraissait prometteur de mystères et d’aventures ! Il avait raison : cette vieille porte négligée ouvrait sur la vraie vie et derrière elle l’attendaient des péripéties dont il n’aurait jamais osé rêver !

 

REMI DEVANT LA PORTE.jpg

© Poupi et Gérard Foissotte

 

Il frappa sur la porte sans attendre une réponse puisque personne ne se trouvait dans l’antichambre de l’aventure, la poussa  puis entra. Ayant traversé la « chambre noire », fraîche comme une cave, où plusieurs vélos s’entassaient dans un coin,  il se présenta sur le seuil de la deuxième pièce, dépourvu de battant. Au-dessus de cette deuxième porte était accroché un « foulard de sang », une étoffe vermillon de forme triangulaire, avec ses trois pointes vers le bas.

 

« Entre ! » fit une voix juvénile.

 

Cinq garçons qui pouvaient avoir entre 12 et 15 ans, en culottes courtes de velours marron et chemises beiges bardées d'écussons et badges, portant un foulard roulé noir, posèrent un regard curieux mais bienveillant sur le nouveau venu. Au milieu de la pièce, qui sentait la terre, se trouvait une grande table sur laquelle étaient étalées des cartes d’Etat-Major. Des sacs à dos kaki traînaient dans les coins avec un fatras de gamelles et accessoires de camping. Des cordes terreuses étaient suspendues aux murs et des rouleaux d’échelles de câbles en barreaux d’aluminium occupaient des étagères en compagnie de bouquins et dossiers, casques munis de bec de gaz ou de lampe électrique de mineur, et de réservoirs de lampes à acétylène. Un grand carré de toile épaisse et poussiéreuse, au fond vert fané, brodé en son centre d'une croix potencée rouge flanquée d'une fleur de lys blanche, sur une croix blanche qui quadrillait l'étendard, était suspendu tout en haut de l’un des murs comme s’il présidait à la réunion. Un autre drapeau carré, entièrement noir, en très bon état celui-ci, frappé également d'une croix potencée blanche, le jalousait juste au dessous à hauteur d'homme. Un fanion gris bordé de brun et orné d’une silhouette d'oiseau stylisée de couleur brune - Rémi allait apprendre qu'il s'agissait d'un choucas, le totem de la patrouille -, pendait à plat de l'extrémité d'un bâton accroché horizontalement au même mur. De nombreuses photos en noir et blanc étaient punaisées sur un tableau de bois, à gauche de la porte.

 

La suite, c'est ici...

 

Cette fiction romanesque, inspirée d'un vécu, se situe dans des lieux que le lecteur pourra découvrir en images sur une page Facebook dédiée...

 

BANDEAU LUNE.JPG

 

 



08/02/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres