Le sang du foulard

Le sang du foulard

Signe de Piste une collection qui a l'âge de sa jeunesse!

1937 2012

75 ans de jeunesse!

 

A l'orée de 2014, nos médias ne cessent de nous turlupiner avec "les problèmes des jeunes", leur désarroi, leur manque de repères, leur inconsistance, leurs incohérences et leurs errances... Les jeunes ont toutes les qualités et tous les défauts, au gré des chroniqueurs, plumitifs du 20 heures, des éducateurs "qui savent" et de ceux qui doutent, des psy et des "si"... Jamais on a autant parler "jeunesse", parler des "ados", causer "enfants", discuter de leurs attentes, de leurs besoins, de leurs altermoiements, de leurs dérives.

 

Jamais on a autant prétendu protéger, éduquer, choyer, ne pas contrarier, guider, amuser, divertir (?) nos chères "petites têtes blondes" ou brunes (mais on devrait plutôt dire aujourd'hui nos crânes clonés au gel "béton" à longue durée)! On déclare ne pas devoir les gifler, encore moins les fesser, ne pas les fatiguer, ne pas les frustrer, ne pas les priver de leur chance de "réussir". Pour cela, on les bichonne, on les habille en les griffant de marques, on les nourrit d'écrans plats et de jeux en 3D (incohérence!). On les revêt de culottes "courtes" qui tombent sur les mollets même par canicule, mais on les laisse exhiber le haut de leur éminence charnue parce que c'est "tendance": les pantalons "sacs à patates" se sont, depuis des lustres, substitués aux shorts et aux culottes courtes de chez l'ami Doisneau (Robert)!

 

Bref, notre jeunesse est parait-il une jeunesse "dorée".

 

Un jeune collégien me confiait récemment que ses profs ne donnaient à lire "que" de courts romans ou nouvelles, et que les ouvrages, surtout, devaient compter beaucoup moins de 200 pages, car, sinon, les gamins seraient dans l'incapacité de les ingurgiter! La question de ses camarades de classe: "Combien de pages, le bouquin? - 200! - Quoi?"... Le livre n'est plus jugé par nos élèves à la difficulté du contenu mais au contenant (le nombre de feuillets). Naturellement, cela va sans dire, il faut une littérature facile, une syntaxe petit lait, sinon, c'est sûr, le gosse y perdra son latin!

 

Que dire de la littérature "jeunesse"? 

 

Je ne suis lecteur, passé la soxantaine, que de littérature jeunesse hors des normes actuelles, la seule qui m'apporte ce que je cherche: évasion, rêverie, émotions primitives de mon enfance, avec une syntaxe soignée, un vocabulaire riche et coloré - car j'ai la passion de la langue française - je sais, ce n'est pas "tendance"!... J'ai toujours été capable de passer d'un texte de théâtre de Henry de Montherlant à un roman de Balzac, de Pagnol ou d'auteurs plus légers mais non moins talentueux comme Daniel Pennac ou Louis Pergaud. Il m'a donc été aisé de me plonger corps et âme dans les aventures du recueil ayant pour titre Le Foulard de sang, de Foncine, avec ses délicats Contes des pays perdus... 

 

Ayant toujours aimé communier avec la nature, dès l'âge de mes 14 ans, plutôt sportif, cependant toujours avide de mystères et d'aventures, à l'imagination débordante, je me suis enfin résolu, non sans quelque réticence (à cause d'à priori imbéciles - que n'avais-je pas lu ici et là publiés par ses détracteurs!) et sur le tard, d'ouvrir le coffret à énigmes de la collection Signe de Piste! 

 

logo SdP.3.JPG

montage de Choucas - les logos sont la propriété des Editions Delahaye

 

Quand je racontais des histoires à mon jeune fils, j'avais recours à Jules Verne ou quelque autre valeur "sûre" plutôt classique. Maintenant, alors que mon garçon a plus de 35 ans, je me dis: "que de bonnes veillées aurions-nous pu vivre si j'avais, à l'époque, conduit ses pas à la suite des miens sur la piste du Signe!" Cette collection contenait donc tout ce que nous recherchions, en communion: l'aventure, le mystère, l'esprit chevaleresque, la nature, l'effort, l'enfance libre et courageuse avec une écriture de qualité, une musique de mots, avec le sang de la vie sublimée et un sens de la vie élevé... 

 

S'il y a un ilôt de résistance quelque part, en Francophonie-franco-française, dans le monde de l'édition pour la jeunesse - et aussi pour ceux qui sont restés jeunes d'esprit et de cœur  -, on la peut trouver en suivant des bâtonnets à quatre couleurs. Une librairie pour la jeunesse, de facture "traditionnelle" - c'est-à-dire bien écrite -, sans vocabulaire de complaisance, ni fiction consensuelle de grande consommation, respectant une ligne éditoriale spécifique et courageuse, à contre-courant des autoroutes éditoriales, sans ambiguïté envers et contre tous, elle existe: j'en ai franchie la porte! 

 

A l'occasion du 75ème anniversaire de la collection, l'équipe du site Jeux de piste "le portail du roman d'aventures" a mis en ligne un travail rédactionnel colossal, abondamment et richement illustré, truffé de témoignages, d'anecdotes, de souvenirs "de première main", avec un catalogue époustouflant de titres. 

 

Une caverne d'Ali Baba de documents aussi précieux que l'or le plus fin!

 

Choucas

 

Suivez la piste en cliquant ici!

 

Liens complémentaires:

Le Héros sans visage

Le raid des 4 châteaux

 

 

 



30/10/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 51 autres membres