Le sang du foulard

Le sang du foulard

Le Squelette de l'aven - Episode 10

Roman feuilleton inédit de Gérard Foissotte © 2018

L'épisode précédent est sur ce lien

 

 

La Ferme du Pendu

 

 

« Flûte et crotte ! lâcha le scout cuisinier. – Qu’est-ce qui t’arrive, le Renard ? – On a oublié les œufs ! Pas grave ! On en achètera à Bourg... » répliqua le C.P. Le soleil avait atteint le zénith : en ce temps-là, le décalage horaire, depuis l’abandon de « l’heure d’été » en août 1945, devançait encore de soixante minutes l’heure solaire. Une heure après midi à la montre marquait donc le moment le plus chaud de la journée. Les pneus des deux roues de la Rosaline suçaient l’asphalte brûlant et le bidon à lait rempli d’eau brillait de ses éclats métalliques, tremblant un peu sur sa base du fait des secousses de la carriole, calé entre une cagette de pommes de terre et un carton de laitues mariées avec des bottes de carottes et des tommes de chèvre pliées dans du papier journal. « On aurait dû le couvrir pour le protéger du soleil ! lança Panthère. – Avec quoi ? » rétorqua Renard. Les garçons n’avaient qu’un maillot de corps de coton blanc collé à la peau et leur béret enfoncé sur le crâne et nul n’avait pensé à emporter pèlerine ou couverture. « L’eau n’a pas le temps de bouillir, rassure-toi Panthère. » ironisa quelqu'un. La petite troupe retrouvait avec plaisir la clairière du Lion qui se signalait fièrement avec son mât et les couleurs qu'agitait une légère brise. L’étendard vert croisé de blanc à croix potencée rouge donnait belle figure au vieux marabout kaki dressé dans la partie nord du campement : il demeurait constamment fixé au-dessus de l’entrée du kraal depuis le premier jour du camp. Les scouts s’aspergèrent généreusement et mutuellement avec l’eau de « la citerne » toujours aussi fraîche dans son coin d’ombrage permanent. Ces gesticulations joyeuses et bavardes, faites de cris amusés et d’aspersions réciproques, excitaient probablement la curiosité des choucas de « la muraille », lesquels pouvaient se demander s’ils ne devaient pas en faire autant dans la rivière Ardèche, après une envolée vers les gorges. Il fallait correctement s’alimenter pour les corvées (que le C.P. préférait que l'on appelât les « services ») et travaux de l’après-midi ; Panthère décida d’aller t